L'association Sportive "Avenir Saint-Joseph"


L’Association Sportive du Collège « Avenir Saint-Joseph » et ses professeurs d’E.P.S. lui proposent au cours de la semaine, une pratique éducative et diversifiée : entraînement(de l’initiation à la compétition), formation jeunes juges et arbitres, participation à la vie associative du collège, etc…

Programmation prévisionnelle pour l’année scolaire 2019-2020
Télécharger le fichier : as-2019-2020-planning.pdf
Les élèves qui participent à l’AS sports collectifs et badminton mangent en priorité à la cantine.

Les compétitions ont toujours lieu le mercredi, sauf en cas de championnat de France (plusieurs jours en semaine).
Les départs pour les compétitions peuvent se faire :

Comment se licencier ?


Les actualités de l'association sportive



ESCALADE Championnat UGSEL Nord Cotentin du Mercredi 12 Février 2020 à Beaumont-Hague


Mercredi 12 Février 2020 : Championnat d'Escalade UGSEL Nord Cotentin

Le premier championnat d'escalade en UGSEL pour l'association sportive du collège Saint-Joseph de Cherbourg s'est déroulé dans la salle d'escalade de Beaumont-Hague, le Mercredi 12 Février 2020.

Ce championnat fût pour les élèves du collège Saint-Joseph l’occasion de préparer les championnats de la Manche, et de Normandie.
13 élèves ont fait le déplacement. Pour 6 d’entre eux, ce fût une grande première. Et comme pour les anciens avant eux, passer d’un mur d’escalade d’initiation de 7,50 mètres, à un mur d’escalade présentant des voies d’une longueur de 9 à 15 m, cela relève de l’exploit.

Exploit, qu’ils doivent réaliser en tête, c’est-à-dire en premier de cordée. La corde n’est pas accrochée en haut de la voie. Chaque grimpeur escalade la paroi en étant assuré du bas. À chaque point d’encrage, il accroche une dégaine (2 mousquetons reliés par une sangle) et y fait passer sa corde (on appelle cette manipulation le mousquetonnage). Le premier de cordée procède ainsi jusqu’au plus qu’il peut. S'il chute, il tombera d’une hauteur au moins égale à deux fois la distance du dernier point mousquetonné (en fait plus de 2 fois du fait de l'élasticité de la corde).

Exploit, car il s'agit de dépasser ses craintes et la barrière psychologique de l'acceptation de la chute. Pour un certain nombre de pratiquants, passer en tête demande plusieurs semaines, plusieurs mois, voire même plusieurs années de pratique.

Le grimpeur en tête doit acquérir des compétences techniques supplémentaires pour trouver une position de moindre effort afin de mousquetonner en respectant les règles de sécurité. La corde doit longer le mur, et passer dans le mousqueton en ressortant vers le grimpeur. Dans l’autre sens, la sécurité est plus aléatoire.
Grimper en tête, c’est aussi la nécessité d’une complicité et d’une confiance entre le grimpeur et son assureur qui doit avoir aussi acquérir de nouvelles compétences, et redoubler d’attention. Si la confiance n’est pas présente, le dépassement de soi et de ses craintes est impossible. L’escalade est vraiment un sport d’équipe ou chaque grimpeur met entre les mains de son assureur son intégrité physique et psychique.

C’est donc dans ces conditions que nos 13 élèves ont pu s’affronter. Les élèves des autres associations des collèges présents ce jour-là (Notre Dame de Saint-Pierre Eglise, et Saint-Paul de Cherbourg), n’étaient présents, à quelques exceptions près, que pour s’initier à l’escalade, et apprendre à grimper en moulinette (corde passant au sommet des voies), c’est-à-dire « en second ».

Ils ont pu dans un premier temps s’affronter en grimpant tous, 4 même voies de difficultés allant du 4a, en passant par deux 4c, à une 5b. Pour vous donner des repères, il faut savoir que l’échelle de cotation de difficulté des voies va de 0 à 9, avec des sous niveaux de difficulté, a – b – c. Le niveau 4a, par analogie, représenterait la difficulté qu’aurait un grimpeur en utilisant une échelle posée à la verticale d’un mur. Au collège, en cours d’EPS, en moulinette, les élèves en fin de 3ème doivent être capable de dépasser du 4c, et de grimper au maximum du 5b. Ce qui représente qu’un tiers des élèves à peu près. Pour les championnats départemental et régional, le niveau de difficulté augmente, allant jusqu’à du 7.

Donc dans un deuxième temps, les élèves se sont vus proposer deux voies de niveau 5c, dont une offrant un toit à passer en effectuant un rétablissement. Difficulté technique nouvelle et compliquée puisqu’aucune voie à la salle d’escalade de la Duché du collège ne présente ces caractéristiques.
Ils ont pu aussi escalader 2 voies en bloc (sans matériel d’assurage à pas plus de 3 mètres avec réception sur gros tapis amortissant), de niveau 4c et 5c (avec un gros dévers).
Chacun des élèves a pu donc s’évaluer et ainsi apprécier le chemin encore à parcourir pour devenir compétitif aux niveaux départemental et régional. Nous avons pu aussi commencer tous ensemble à imaginer la composition des équipes pour ces 2 échéances.

Mur d'escalade du SUAPS de l' IUT de Cherbourg-Octeville:
Pour parfaire cette expérience, les élèves se sont vus proposés le 11 Mars un après-midi au mur d’escalade au SUAPS de l’IUT de Cherbourg. Ce mur présentant les caractéristiques nécessaires à une bonne préparation pour les championnats à venir.

Malheureusement, c’est partie remise.

Vous trouverez ci-joint le tableau des résultats individuels de chacun.

Télécharger le fichier : escalade_resultats_beaumont_2020.pdf

Mr Thierry Thébaut, professeur d’EPS du collège, et animateur-entraîneur de l’AS Escalade.